Chronique : American Witches

Hello ! On se retrouve pour mon deuxième service presse en collaboration avec Fyctia. Merci à eux pour leur confiance et l’envoi de cette petite perle. L’histoire provenant de Fyctia me tentait énormément, alors je l’ai commencée et n’ai pas été déçue !

Titre : American Witches

Auteure : Katia Campagne

Genre : Thriller/mystère

Maison d’édition : Hugo suspense

Nombre de pages : 400

Résumé :

LES MYTHES ONT TOUJOURS UN FOND DE VÉRITÉ.

Le corps d’une femme rousse est retrouvé sur un chemin de randonnée, à quelques kilomètres d’une bourgade américaine isolée. Démembrée, un parchemin enfoncé dans la gorge, la victime semble avoir fait l’objet d’une cérémonie macabre. Mise en scène ou rituel consacré ? La question se pose au coeur de Hinsdale, qui garde encore les traces des anciennes chasses aux sorcières.
Chargé de l’enquête, Karl Rosenberg sait qu’il n’y coupera pas : pour sa dernière enquête, il va devoir affronter des légendes qu’il aurait préféré ne pas réveiller, et l’aide de son remplaçant ne sera pas de trop pour démêler les croyances de la réalité. Car dans cette petite ville où tout se sait mais où personne ne parle, les mythes ont toujours un fond de vérité. Pour son premier livre en librairie, Katia Campagne lie habilement passé et présent et interroge la nature de la sorcière actuelle : femme indépendante, femme de pouvoir ou femme violente, autant d’aspects qui ont suscité la peur et la stigmatisation, et qui prennent aujourd’hui un nouveau sens.

Mon avis

American Witches est un roman qui se lit très vite ; il se dévore. J’ai été surprise en apprenant qu’il faisait 400 pages, j’ai eu l’impression qu’il était beaucoup plus court puisqu’il se lit rapidement. La plume de l’auteure est fluide et nous amène dans son monde.

Le roman débute sur une scène de crime qui porte à confusion. Est-ce une sorcière qui a commis l’irréparable ou est-ce une mise en scène pour accuser les sorcières, ce groupe de femmes militantes se cachant sous la métaphore de sorcières ? Le doute plane jusqu’à la toute, toute fin du roman, et même à ce moment-là, on doute toujours. L’auteure nous tient en haleine du début à la fin du roman.

On traite de féminisme – extrémiste ou pas -, de réseaux sociaux, de changements de vie, d’amitiés toxiques et de secrets révélés au grand jour. On ne s’ennuie pas à un seul moment, les retournements de situation sont imprévisibles et on dévore la lecture. Il y a un peu d’action, beaucoup de suspense et des secrets. Vraiment, j’ai beaucoup aimé ce thriller.

Il est toujours difficile de bien parler d’un thriller sans spoiler, mais je vous conseille absolument cette nouvelle parution de Hugo Suspense. La plume est superbe, les descriptions sont belles, les relations entre les différents personnages sont travaillées et l’histoire nous captive. Je vous le recommande !

Chronique : Sous un ciel d’abime

Hello ! On se retrouve aujourd’hui pour une nouvelle chronique, soit celle du thriller Sous un ciel d’abime. Il s’agit du deuxième roman de l’auteur, la suite de Le Chercheur d’âmes, que j’avais adoré. Je vous présente brièvement mon avis sans spoiler en espérant vous convaincre de le lire.

Titre : Sous un ciel d’abime

Auteur : Steve Laflamme

Genre : Thriller

Nombre de pages : 350

Maison d’édition : Les Éditions de l’Homme

Résumé :

Quand les morts s’accumulent en vous, ils finissent par gouverner vos actes…

Devenu détective depuis sa débâcle dans la police, Xavier Martel enquête sur la mort insolite de Corine Quintal à Québec. Il découvre que la victime était liée à une organisation aux activités controversées dont le leader est un homme dangereux.

À Montréal-Nord, Donatien Deveau aspire à venger la mort de sa jeune sœur et enchaîne les délits qui scelleront son sort. Activisme extrême, meurtres sordides, occultisme et démons intérieurs: Martel et Deveau l’ignorent, mais leurs routes vont se croiser dans un feu d’artifice du destin dont personne ne sortira indemne.

Pour l’acheter, c’est par ici !

Mon avis

L’histoire se déroule quelques mois après Le Chercheur d’âmes, et nous retrouvons une fois de plus Xavier Martel. Si ce tome-ci explore moins la vie du détective, nous assistons bel et bien à l’expansion de son côté sombre… les noirceurs s’empareront-elles de Martel ?

Si cette suite est moins horrifique, elle n’en reste pas moins très intéressante. Les retournements de situation se succèdent, de plus en plus renversants, et les secrets se dévoilent. L’auteur nous offre un aperçu sur les gangs de Montréal, leur cruauté, leurs guerres, leurs enjeux et les conséquences sur la vie des Montréalais. Très intéressant de voir évoluer des gangs à Montréal et non à New York, comme la plupart des romans de ce genre. Parce que, oui, le Québec ne fait pas exception à la règle ; il y a des gangs, des réseaux de proxénètes et de prostitution.

Autre point intéressant, les deux points de vue. Nous suivons l’enquête de Xavier Martel (ainsi que ses mésaventures avec Prévost) et la quête de Donatien, un jeune homme brisé qui ne désire qu’une chose : connaitre la vérité. Leurs routes finissent par se croiser, dans une finale des plus intenses et sanglantes. Les masques tombent, les révélations fusent, les désirs de vengeance s’assouvissent…

Concernant la fin de ce roman, l’auteur a su une fois de plus me donner l’envie de connaitre la suite ; vivement le tome 3 ! Lire un roman d’auteur québécois – écrit par un de ses profs de cégep ! – est toujours agréable, et cela prouve qu’il y a de belles pépites littéraires.

Amis européens, vous ne serez pas déstabilisés par la langue (mais peut-être par l’histoire en elle-même !). Les expressions québécois se situent majoritairement dans les dialogues et une petite recherche vous permettra d’en apprendre plus.

Franchement, ce deuxième tome est pour moi une très belle découverte. Je me suis laissée emporter par la plume de l’auteur, les retournements de situation, le suspense, les tensions et les personnages. Il s’agit là d’un thriller qui vous surprendra et ne vous laissera pas indifférent !

Chronique : Sans Elles

Aujourd’hui, je vous parle de l’une des dernières sorties d’Inceptio Éditions, également le roman inaugurant la nouvelle collection thriller. Je remercie encore l’auteur qui m’a fait une jolie dédicace !

Titre : Sans Elles

Auteur : Liam Fost

Genre : Thriller

Nombre de pages : 344

Maison d’édition : Inceptio

Résumé :

Confronté à la disparition brutale de sa femme et de son unique fille dans un accident de voiture, la vie d’Adam Weiss bascule. Dévasté, il lutte pour ne pas laisser ses souvenirs lui échapper. Et alors qu’il retrouve peu à peu goût à la vie, de nouvelles révélations sur l’accident ravivent sa douleur. Les croyances d’Adam s’en trouvent bouleversées. Phénomènes paranormaux ou mensonges entourant le drame ? Se pourrait-il qu’elles soient en vie ? Ou sombre-t-il désespérément dans la folie ?

Pour l’acheter, c’est par ici !

Mon avis

Alors, l’histoire se déroule en France. On suit Adam Weiss, un jeune père de famille qui perd sa femme et sa fille à la suite d’un accident de voiture. Dévasté, il va sombrer dans l’alcoolisme et la dépression. Ce qui est très intéressant, c’est que l’auteur ne se contente pas d’évoquer brièvement sa passe dépressive, il passe un bon moment à nous montrer la descente aux enfers d’Adam et comment il va s’en sortir.

Le problème à mon avis, c’est que l’auteur passe trop de temps sur Adam et très peu de temps sur le *thriller* alors qu’il s’agit d’un thriller. J’aurais préféré qu’on raccourcisse les longueurs du début et qu’on ajoute un peu plus de matière dans la dernière partie du roman. Ainsi, j’aurais pu être complètement immergée dans le thriller, pas seulement dans les 50 dernières pages. Mais je dois tout de même avouer que j’ai été surprise par le dernier retournement de situation ; je m’attendais un peu à cela, mais pas de la façon que cela s’est déroulé !

Je me suis attachée très rapidement aux personnages. Même si Adam est parfois détestable, on ne peut s’empêcher de l’apprécier et de vouloir le meilleur pour lui. Sarah est, quant à elle, adorable. On évolue avec les personnages et on arrive très bien à se glisser dans leur peau, ce qui est un véritable plus pour la suite.

Encore une fois, la qualité éditoriale est au top. Inceptio Éditions est une jeune maison d’édition et, pourtant, la qualité éditoriale est bien meilleure que plusieurs grandes maisons d’édition que j’ai pu lire ! Aucune faute, pratiquement aucunes erreurs de ponctuation ou de typographie… ça fait du bien. En plus, la plume de l’auteure, simple, est très fluide et rend justice au récit.

Bref, pour moi, ce thriller est une très bonne lecture, très bien écrite, avec une superbe couverture, même si j’ai trouvé ce côté thriller pas assez présent. J’ai pris beaucoup de plaisir à le lire et j’ai bien hâte de dévorer *Cry for Help*, du même auteur, qui est dans ma pile à lire.