Chronique : Failling Again

Hello ! On se retrouve de nouveau pour une chronique sur la dernière romance de Morgane Moncomble. J’avais bien hâte de retrouver sa superbe plume. Si ses trois premiers romans étaient des coups de cœur, celui-ci est une très bonne lecture, mais pas un coup de cœur. Elle a tout de même réussi (encore une fois) à me faire pleurer.

Titre : Failling Again

Auteure : Morgane Moncomble

Genre : New romance

Maison d’édition : Hugo New Romance

Nombre de pages : 465

Résumé :

Surdoué mais solitaire, Aaron n’a que cinq ans lorsqu’il manque de se noyer. Celle qui le sauve d’une mort certaine n’est autre que Fleur, une petite fille bavarde avec des millions d’amis.

Au travers de lettres échangées, les deux enfants se promettent un amour durable digne des meilleurs dramas coréens… jusqu’à ce que la vie les sépare.

Seize ans plus tard, Fleur est une écrivaine romantique mais fauchée qui a perdu toute confiance en elle. De son côté, Aaron est devenu un professionnel du jeu vidéo froid et asocial. Lorsque leurs chemins se croisent à nouveau, Fleur pense que c’est le destin ; l’occasion de faire table rase du passé.

Seul problème : Aaron semble avoir tout oublié de leur histoire d’amour.

Mon avis

Fleur et Aaron étaient de très bons amis étant plus jeunes, mais ils ont fini par se séparer. Désormais, ils ont chacun une vie bien rangée. Fleur est une auteure, elle écrit sous le pseudo Lilas, et se fait approcher par une boite de conception de jeux vidéo. Un nouvel avenir s’offre à elle. C’était sans compter sur sa rencontre avec Aaron, qui travaille désormais pour la même boite. Mais c’est la douche froide pour Fleur/Lilas, il ne la reconnait pas. Déçue, elle prend le pseudo de Lilas pour y travailler et tenter d’oublier cette humiliation.

C’est un roman assez doux et très agréable à lire. Morgane Moncomble a ce talent indéniable pour créer des personnages attachants. On vit leur histoire et on s’attache à eux (enfin, sauf quelques personnes…). Il est très intéressant de voir une femme dans le monde des jeux vidéos, un personnage atteint d’un choc post-traumatique et un personnage à moitié-coréen (Aaron). L’auteure parvient à distiller quelques gouttes d’originalité ici et là, sa plume est toujours aussi fluide et agréable.

Et comme toujours, elle arrive à me faire vivre un tas d’émotions. Dans les dernières cent pages, qui sont plus dramatiques, j’ai laissé échapper quelques larmes. Il y a un sujet traité qui est hyper important et qui nous permet de bien comprendre Aaron, qui semble fermé au premier abord. L’auteure laisse un peu de flou à ce niveau, ce qui rend le tout plus facile à lire, mais aussi plus réaliste.

Par contre, je n’ai pas aimé les références à la k-pop et aux k-dramas. Ils sont trop présents, s’intègrent mal dans la narration et sont malheureusement forcés dans la lecture. Fleur est obsédée par cet univers, mais il est réaliste qu’elle pense toujours aux k-dramas. Quand on tombe, on ne pense pas à un tel personnage dans une série (ou un k-drama, comme le fait Fleur). Il manque de dosage et de réalisme de ce côté-là. J’aurais également aimé voir les personnages plus longtemps en relation amoureuse.

En bref, ce roman est une autre très bonne lecture, j’aime toujours autant les livres de Morgane Moncomble. Je suis passée pas un tas d’émotions et j’ai vécu un bon moment, même si les trop nombreuses références aux k-dramas ne m’ont pas plu. J’ai déjà hâte à son prochain roman !

Chronique : Nos vagues à l’âme

Aujourd’hui sort Nos vagues à l’âme, le spin-off d’Entre les vagues ! Autant vous dire que j’ai adoré ce nouveau roman.

Titre : Nos Vagues à l’âme

Auteure : Julie Thomières

Genre : Romance

Maison d’édition : Alter Real

Nombre de pages : 372

Résumé :

Une nuit. Une simple nuit a tout changé. D’amis, Michigan et Jade sont devenus amants, et leur relation a éclaté. Jade ne pouvant assumer cette attirance irrépressible, fuit sans un mot.

Un an après, la blessure de Michigan est encore à vif, et c’est d’un mauvais œil qu’il voit le retour de Jade. Ce dernier revient pour coacher l’équipe de natation handisport de Chicago. Michigan est bien décidé à ne pas le laisser entrer dans sa vie. Ils ne partageront que le sport, rien de plus. Hors de question de souffrir à nouveau.

Les retrouvailles sont houleuses, la distance qui les sépare paraît infranchissable, mais les braises de leur passion brûlent toujours.
Un second souffle est-il possible pour ressusciter la flamme ?

Pour l’acheter, c’est par ici !

Mon avis

On retrouve les personnages du premier tome, Tristan et Lison, sans qu’ils ne soient les personnages principaux. Ils ont tout de même une bonne place dans le roman, et j’étais très contente de voir comment leur relation évoluait. Mais dans ce roman, on se concentre plutôt sur Michigan, un de leurs amis, ainsi que Jade, un ancien amant de Michigan. Les deux jeunes hommes ont des blessures qu’ils ne parviennent pas à refermer…

Si vous vous attendez à une romance rapide et facile, ce n’est pas la bonne romance pour vous. C’est plutôt un récit de reconstruction, de tensions, de tolérance et d’amour. L’auteure nous embarque dans plusieurs sphères différentes et c’est très intéressant. On parle d’acceptation de soi, de guerre, de missions militaires, de blessures profondes, de problèmes de contrôle des émotions et, également, d’amour !

La plume de l’auteure est juste superbe. Elle est douce, parfois poétique, et nous transporte à merveille dans cette histoire géniale. On s’attache aux personnages, on vit avec eux leurs émotions (et oui, l’auteure est un peu sadique…). C’est une romance qui fait du bien en ces temps difficiles. Sans être cucul la praline, elle est suffisamment douce (surtout la fin) pour nous faire sourire, nous rappeler que tant qu’il y a de l’amour, on peut passer au-delà des épreuves qui nous semblent insurmontables.

En résumé, Julie a encore frappé fort avec cette romance ! Elle nous envoûte, nous fait passer un superbe moment et nous fait même un peu réfléchir. Bref, je vous invite à découvrir sans tarder l’histoire de Michigan et de Jade, vous n’en ressortirez pas indemnes !

Chronique : Si belle, Sybille

Hello ! Aujourd’hui, on se retrouve pour un énorme coup de cœur.

Titre : Si belle, Sybille

Auteure : Valentine Lalande

Maison d’édition : Hugo New Way

Genre : Roman pour adolescents

Nombre de pages : 355

Résumé : Sybille se trouve moche, fade, inintéressante. Elle rase les murs du lycée pour ne pas se faire remarquer. Chaque jour, elle tente de sourire à son reflet dans le miroir, mais lorsque sonne sa première heure de cours, elle remet son masque d’adolescente solitaire ignorée par ses camarades. En secret, elle observe Soren, le type du dernier rang qui passe ses journées à griffonner sur un carnet.
Lorsque leur professeur de Littérature les soumet à un exercice d’écriture en binôme, elle espère bien tomber sur celui qui l’envoûte depuis le collège.
Malheureusement, le sort en décide autrement. Et c’est la pétillante Sofia, sa meilleure amie aussi généreuse en formes que de caractère, qui tombe sur Soren. La banale Sybille se retrouve à devoir travailler avec Samuel, qui décroche de loin la palme du pire crétin de la classe. Arrogant, imbu de lui-même et redoublant pour la deuxième fois… L’exercice littéraire risque de ne pas être une partie de plaisir.
À moins que… Et si Samuel l’aidait à prendre confiance en elle et à faire craquer le mystérieux Soren ?

Pour l’acheter, c’est par ici !

Mon avis

Dès que j’ai vu que ce roman était disponible au Québec, j’ai foncé dessus. J’ai été conquise par le roman Start Again de la même auteure (Plume du Web), alors je voulais absolument me procurer ce nouveau roman à la couverture splendide. De plus, comme il traite de la confiance en soi, c’était une lecture tout à fait appropriée pour moi.

Je ne suis pas fan des romans pour adolescents. Lorsque je lis, je veux m’évader dans un autre univers et le lycée/école secondaire, c’est une époque que je ne veux pas nécessairement revivre. Pourtant, ce roman a su m’étonner dès le premier chapitre. Les personnages qu’a créés Valentine sont infiniment attachants et humains. Je n’ai qu’un an de plus qu’eux, donc c’était très facile pour moi de m’attacher à eux.

Chaque personnage manque de confiance en lui d’une façon différente. Je me suis identifiée à pas mal tous les personnages. Les jeunes adultes manquent souvent de confiance en soi et je ne fais pas exception à la règle. Personnellement, la maladie m’a fait perdre beaucoup de confiance en soi et c’est difficile d’en acquérir. Ce livre m’a donc fait beaucoup de bien et, qui sait, peut-être m’aidera-t-il à m’aimer davantage ?

Le style d’écriture de Valentine est superbe. Il y a quelques expressions françaises qui m’ont surprise, mais la lecture reste incroyablement fluide et agréable. L’auteure arrive à nous faire glisser dans la peau de ses personnages à l’aide de changements de points de vue fluides. Je suis ressortie de cette lecture avec un grand sourire, malgré une fin un peu sadique. C’est un roman à découvrir. Je préfère ne pas vous en dire plus parce que c’est un roman aux multiples facettes à découvrir. Sachez que vous ne serez pas déçus !

Chronique : Les dix-sept couleurs de la liberté

Aujourd’hui, on se retrouve pour ma dernière lecture personnelle, soit Les dix-sept couleurs de la liberté, de Joyce C. L’auteure vient de Wattpad et je voulais l’encourager, alors je me suis procurée son tout premier roman.

Titre : Les dix-sept couleurs de la liberté

Auteure : Joyce C.

Genre : Romance (historique)

Maison d’édition : Homoromance

Nombre de pages : 280

Résumé : Ulysse, jeune écuyer au charme désarmant, fait partie de la grande famille du Cirque Finderly. Alors que la troupe s’installe pour quelque temps aux abords de la capitale, il n’a qu’une idée en tête : découvrir la fameuse Tour Eiffel, qui vient tout juste d’être inaugurée. Suite à un incident sur les berges de la Seine, il rencontre Pâris, un lycéen en dernière année à l’Institut Jauffret, qui lui propose de partager avec lui les joies de la grande ville. Entre eux, l’alchimie est immédiate. La séduction s’installe, les étreintes s’enflamment. Paris devient le théâtre de leurs secrets. Jusqu’où l’ivresse les mènera-t-elle, avant que les jeux du cœur ne s’en mêlent ?

Pour l’acheter, c’est par ici !

Mon avis

J’aurais peut-être dû lire le résumé avant de l’acheter ; je ne m’attendais pas à autant de scènes érotiques ! Je ne suis pas une très grande fan des scènes érotiques, mais ici, j’ai pu les passer sans que cela n’affecte ma compréhension. Et heureusement, parce que j’aurais manqué toute une lecture !

Ce roman, c’est l’histoire de deux jeunes hommes d’une autre époque qui se rencontrent au détour d’un cirque temporairement installé à Paris. Ulysse est un jeune écuyer assumant sa sexualité, alors que Pâris est un jeune parisien albinos plus timide. Leur rencontre créera des étincelles ; l’attirance est réciproque… mais est-ce de l’attirance physique ou des sentiments ?

J’ai vraiment adoré cette histoire malgré les scènes érotiques qui me correspondaient moins. J’ai découvert l’auteure sur Wattpad avec un autre récit que j’avais adoré, alors il me semblait impensable de ne pas découvrir celui-ci. J’y retrouve la magnifique plume de Joyce, ses descriptions envoûtantes et ses personnages toujours aussi attachants ! Elle nous plonge facilement dans une autre époque et nous vivons l’histoire avec les personnages.

Le contexte du cirque est super intéressant également. C’est la première fois que je lis une histoire avec un cirque en arrière-plan et j’ai aimé que les personnages prônent la douceur et dénoncent la maltraitance des animaux. Vraiment, chapeau pour ce beau message qui ajoute beaucoup au récit !

Que dire de plus, sinon que j’ai adoré ce roman ? L’homosexualité assumée d’Ulysse à une époque trouble m’a beaucoup plu, ainsi que les différentes particularités des personnages. Bref, ce roman est à découvrir immédiatement !

Chronique : Start Again

Aujourd’hui, on parle de Start Again, une romance contemporaine publiée chez Plumes du Web. Cette troisième romance de suite que je lis est un troisième coup de coeur, moi qui suis très difficile en ce qui concerne la romance.

Titre : Start Again

Auteure : Valentine Stergann

Genre : Romance contemporaine

Maison d’édition : Plumes du Web

Nombre de pages : 420

Résumé :

La seule chose qui unissait réellement Nell Grace et Sully Cartwright, c’était leur meilleure amie commune : Lula.

Lorsque celle-ci décède des suites d’un cancer, plus rien ne les oblige à rester en contact. Mais c’est sans compter sur la ténacité de Lula qui, persuadée depuis toujours que Nell et Sully sont faits l’un pour l’autre, leur soumet sa dernière volonté. Ils vont devoir se revoir une fois par mois durant un an, lors de rendez-vous orchestrés par leur amie avant de mourir.

Et si ces rendez-vous étaient la seule lueur d’espoir au milieu de leur peine ?

Et si, malgré leurs différends, Lula tissait les ficelles du destin ?

Pour l’acheter, c’est par ici !

Mon avis

L’auteur nous plonge tout de suite dans le bain. Lula, meilleure amie des deux personnages principaux, décède des suites d’un fulgurant cancer. Sa dernière volonté ? Que chaque mois, ses meilleurs amis, Nell et Sully, se rencontrent lors d’une activité. 12 rendez-vous et ils ne seront plus obligés de se voir… Mais Lula était intimement convaincue que Nell et Sully sont faits l’un pour l’autre ; avait-elle raison ?

Le roman est donc divisé en 12, pour les 12 mois de l’année. On suit nos personnages principaux et leurs proches au travers de ces rendez-vous, de leurs répercussions et des sentiments naissants. Tout n’est pas aussi facile qu’on pourrait le penser, bien des épreuves et des obstacles attendent nos personnages. J’ai passé par toutes les émotions possibles ; tristesse, incompréhension, rire, joie…

Et surtout, surtout, je me suis énormément attachée aux personnages, que ce soit Sully, Nell ou leurs meilleurs amis ! J’ai ri à plusieurs reprises, et j’étais très triste de les quitter. J’en aurais pris plus, c’est certain ! Je me suis tellement attachée aux personnages que j’ai pu vivre l’histoire à fond, et c’est là la force d’une romance, à mon avis. L’auteure a réussi ce défi avec brio.

Je ne sais pas quoi vous dire de plus sans vous spoiler l’histoire, mais si j’ai une chose à vous dire, c’est de ne pas passer à côté de cette lecture. Vous allez vous évader et passer un moment superbe ! L’histoire est hallucinante, la plume est superbe et poétique, la qualité éditoriale est pratiquement parfaite !

Start Again est ma deuxième lecture chez Plumes du Web et mon premier gros coup de coeur, ça promet !

Chronique : Aime-moi, je te fuis

Hello !

Aujourd’hui, on parle du spin-off de mon coup de coeur Viens, on s’aime ; soit Aime-moi, je te fuis.

Titre : Aime-moi, je te fus

Auteure : Morgane Moncomble

Genre : New Romance

Nombre de pages : 560 (version poche)

Maison d’édition : Hugo Poche

Résumé :

Tout le monde sait que la meilleure façon d’oublier son ex est de s’envoyer en l’air avec un inconnu. Non ? En tout cas, Zoé en est persuadée. Justement, elle trouve l’homme idéal pour le job dans un bar irlandais : un sourire idiot, un corps parfait et un pull de Noël ridicule, que demander de plus ? Zoé l’aurait même rappelé… s’il n’avait pas été le pire coup de sa vie.

C’est décidé, Jason arrête les plans d’un soir. Il aurait dû comprendre le message plus tôt, mais cette nuit avec l’inconnue aux cheveux roses l’a convaincu : plus jamais ! Du moins, jusqu’à ce que l’inconnue en question se révèle être Zoé, la colocataire de son meilleur ami, Loan.

Le souvenir de leur nuit catastrophique les pousse à se détester dès le début. Mais lorsque Zoé vient lui demander de l’aide, Jason lui propose un deal qu’elle ne pourra pas refuser.

Pour l’acheter, c’est par ici !

Mon avis

Lorsque j’ai appris qu’il y avait un spin-off qui tournait autour de la relation de Jason et Zoé, j’ai tout de suite sauté dessus. Il me le fallait ! Les personnages de Viens, on s’aime sont présents, mais relégués au plan de personnages secondaires, tandis que Jason et Zoé sont désormais les protagonistes. On découvre ces deux jeunes adultes d’une manière différente. On comprend pourquoi ils agissent ainsi, ce qui se passe dans leur tête, comment ils ont vécu certains événements de Viens, on s’aime, mais surtout, ce qu’ils ont fait pendant que Loan et Violette construisaient leur relation.

À première impression, Aime-moi, je te fuis peut ressembler à un hate-to-love, mais ce n’est pas ça du tout ! Jason et Zoé ont des personnalités fortes, il y a des flammèches, mais ils sont toujours attirés l’un vers l’autre. Au contraire du premier livre, celui-ci est plus mouvementé, plus engagé. On parle de sexisme, de bisexualité, légèrement d’adoption, du pervers narcissique, de la famille et… de sexe ! La première rencontre des personnages se fait sur un one-night, alors il y a quelques scènes chaudes, même il est tout à fait possible de les sauter si vous ne vous sentez pas à l’aise.

Difficile pour moi de vous dire à quel point j’ai adoré ce roman, peut-être même plus que Viens, on s’aime. La plume de l’auteure est toujours aussi fluide, les rebondissements sont inattendus et, surtout, elle parvient avec brio à nous faire ressentir un tas d’émotions. Pour être honnête, les 50 dernières pages ont été difficiles émotivement ; j’avais les larmes aux yeux (et l’auteure a broyé mon petit coeur !).

Bref, pour la lectrice difficile en romance que je suis, l’auteure a réussi une fois de plus à me faire voyager, aimer, pleurer, apprécier ma lecture. Ces autres romans me font de l’oeil !

Chronique : No Way

Bonsoir,

Aujourd’hui, on se retrouve pour le service presse de No Way, de Céline Jeanne ! Je tiens encore à remercier Alter Real Éditions pour leur confiance.

Titre : No Way

Auteure : Céline Jeanne

Genre : Romance

Nombre de pages : 314

Résumé :

Accro au chocolat et aux parties d’échecs, fan de super héros, Teodora est une étudiante comme tant d’autres, du moins, elle aimerait bien…
Difficile de ne pas attirer l’attention quand votre frère jumeau est un surdoué du sport, une étoile montante du foot et que vous habitez Barcelone. Elle déteste cet univers et tout ce qui va avec, les médias et les groupies en particulier.
Elle a une certitude : sortir avec un sportif ? Jamais de la vie ! Plutôt dormir avec Marcelino, l’iguane de sa colocataire.

Dante est l’attaquant vedette de l’équipe B du Barça, il espère pouvoir suivre les traces de Lionel Messi. Son enfance difficile dans un bidonville de Buenos Aires l’a marqué à vie.
Il a connu la misère, le dénuement, et il veut mettre sa famille à l’abri du besoin. Pour toujours. Les filles ? Il les collectionne. Mais s’engager ? Jamais de la vie ! Il est parti de trop loin pour tout foutre en l’air.

Sauf que…

Ils devraient le savoir, on ne doit jamais dire jamais…

Pour acheter le roman, c’est par ici !

Mon avis

J’ai voulu aller dans une New Romance, quelque chose de plus épicé (comparé à ce que je lis d’habitude). Je me suis laissée transporter par ce genre de romans que je ne lis pas d’habitude. J’essaie toujours de m’ouvrir aux genres que je lis moins. Ici, je n’ai pas eu de coup de coeur, mais j’ai passé un bon moment.

C’est la première fois que je lis une romance avec des personnages évoluant dans le monde du football, et j’ai trouvé cela très intéressant. C’est un univers que j’ai bien aimé, ça fait différent des romances avec comme fond le monde du football américain ou du hockey. Cet élan de fraicheur m’a bien intéressée.

La romance est légère, sympa, parfois drôle, mais j’ai trouvé que la relation entre les deux personnages tournait beaucoup autour du sexe. Personnellement, je préfère lorsqu’il y a moins de sexe et plus de réflexions, mais ça ne veut pas dire que ce roman est mauvais, loin de là ! C’est une romance légère à lire sur le bord de la piscine, les joues rouges à cause de la chaleur de cette romance !

Bref, cette romance n’était pas exactement ma tasse de thé, mais elle saura assurément plaire aux amateurs de ce genre puisqu’elle est bien écrite et divertissante.

Chronique : Viens, on s’aime

Aujourd’hui, je vous parle d’une romance bien spéciale : Viens, on s’aime !

Titre : Viens, on s’aime

Auteure : Morgane Moncomble

Genre : New Romance

Maison d’édition : Hugo New Romance

Nombre de pages : 512

Résumé :

L’amour fleurit parfois là où on ne l’attend pas…

Beaucoup s’accordent à dire que l’amitié fille-garçon n’existe pas. Et pour cause ! Lorsque Loan et Violette se sont rencontrés, ce fut un véritable coup de foudre platonique. À cette époque, Loan était en couple avec Lucie depuis quatre ans, si bien qu’il n’avait d’yeux que pour elle.

Mais seulement un an plus tard, beaucoup de choses ont changé : Loan est un homme abattu depuis que sa petite-amie l’a quitté. Quant à Violette, elle commence tout juste une idylle avec le beau Clément – chose que Loan se surprend à détester. Alors quand sa meilleure amie, encore vierge, le supplie d’être son premier, il hésite. La proposition de Violette sent la mauvaise idée à plein nez… mais après tout, il ne s’agit que d’une fois. Rien qu’une. Pas vrai ?

Pour l’acheter, c’est par ici !

Mon avis

Avant ce roman, je n’avais aucune romance dans ma bibliothèque. Bien sûr, j’en avais lu quelques-unes à la bibliothèque municipale sur Wattpad, mais j’en avais jamais acheté. J’ai donc pris un risque avec Viens, on s’aime. Cela faisait plusieurs années que je voyais la couverture passer partout et je voulais essayer un Hugo, alors je me suis lancée.

Je ne le regrette pas ; c’est un coup de coeur, la meilleure romance que j’ai lue.

Je me suis tout de suite attachée aux différents personnages. L’auteure nous présente une bande d’amis tout aussi sympas les uns que les autres et on ne peut que s’attacher à eux. Surtout les deux personnages principaux qui ont une très belle relation.

Ce que je recherche dans une romance, ce n’est pas l’originalité, mais bel et bien les émotions fortes, et ce roman m’en a données ! Je suis passée par tout une gamme d’émotions, j’ai vécu avec les personnages leurs hauts et leurs bas, et j’ai voulu tuer l’auteure pour un certain événement qui arrive vers la fin (ceux qui ont lu le roman savent de quoi je parle, rip). J’ai carrément vécu le récit au travers des points de vue de Violette et Loan, et c’est ce qui m’a accrochée au roman.

Pas besoin de retournements farfelus pour dynamiser le récit ; l’auteure nous tient en haleine avec des rebondissements crédibles. Même si Loan est un beau pompier, pas de répit pour lui ! Il risque sa vie chaque fois qu’il va travailler. Les maladies mentales sont aussi bien traitées… bref, tous les thèmes abordés étaient super intéressants pour moi, et jamais je ne me suis ennuyée. Moi qui suis une fan de romans d’action et de science-fiction, je ne me suis pas lassée de cette romance. J’ai tout aimé.

Pas de scènes de sexe inutiles ou encombrantes, pas de relation amoureuse facile, pas de vie parfaite… bref, pour moi, ce premier roman de Morgane Moncomble est un énorme coup de coeur ! J’ai adoré la plume, les personnages, les thèmes abordés, les émotions et les valeurs véhiculées… Moi qui voulais économiser mes sous, eh bien, je sens que je vais bientôt craquer pour les autres romans de cette auteure !

Chronique : Juste Nous Deux

Hello !

On se retrouve aujourd’hui pour un service presse, Juste Nous Deux de Amanda Bayle. Je tiens à remercier encore la maison d’édition Cyplog pour leur confiance et pour les deux services presses qui m’attendent bien au chaud.

Titre : Juste Nous Deux

Auteure : Amanda Bayle

Genre : Romance

Maison d’édition : Cyplog

Nombre de pages : 345

Résumé :

Morgan

Je n’oublierai jamais la première fois que je l’ai vue, même si ce n’est pas vraiment un bon souvenir.

Ambre

J’aurais voulu lui faire une bonne première impression, mais le jour où nous nous sommes rencontrés, j’étais dans la merde, une fois de plus…

Pour l’acheter, c’est ici !

Mon avis

J’ai tout de suite embarqué dans l’histoire ; en effet, le style d’écriture est assez simple et facile à la compréhension. La couverture présageait un peu de fantastique, mais tout est bel et bien réaliste. Nous faisons la connaissance de toute une bande d’amis, aussi sympathiques les uns que les autres.

Il y a Ambre. Ambre, c’est une jeune fille qui a de la difficulté à se prendre en main et qui a de mauvaises fréquentations. Je trouve qu’on passe trop vite à la fille qui se reprend en main, j’aurais aimé qu’on soit un peu plus plongé dans la triste réalité d’Ambre. Toutefois, j’ai bien aimé que ce soit la fille qui soit plongé dans de tels patterns et non le garçon. Parce que Morgan est un bon garçon. Il n’est pas parfait, mais on ne peut s’empêcher de s’y attacher. Pas de bad boy en vue, juste un garçon parfaitement réaliste.

Alors, je me suis attachée aux personnages, principaux comme secondaires, et j’ai aimé suivre la relation de nos deux protagonistes. Cependant, j’ai trouvé quelques longueurs au récit par endroits, j’aurais aimé un peu plus de dynamisme pour me pousser à continuer ma lecture à tout prix. Donc, en résumé, une petite romance facile et rapide à lire sur le bord de la piscine !

Chronique : 28 jours avant J.C

Bien le bonjour !

Aujourd’hui, on se retrouve pour mon tout premier service presse, je suis toute excitée !

Avant tout, j’aimerais prendre le temps de remercier l’auteure, Adriana Kritter, qui m’a envoyé son bouquin papier jusqu’au Québec. Très peu d’auteurs le feraient et j’aimerais l’en remercier ; je préfère de loin lire un bon livre papier.

Et de plus, c’est le premier roman auto-édité que je lis… Ça en fait, des nouveautés ! Mais je peux déjà vous dire que j’ai beaucoup aimé ce roman.

Prenez une jeune femme en plein doute, des parents figés dans leurs croyances, un fiancé pas très catholique et des enquêteurs sexy en diable, secouez ! Vous obtenez une comédie pétillante, menée à un train d’enfer ! Ce serait un péché de ne pas succomber à la tentation !
28 jours avant J.-C. : un roman « feel-god » qui vous emmènera au septième ciel !

Après avoir conquis des milliers de lecteurs et de lectrices avec K.-O., sa romance à suspense, Adriana Kritter nous enchante à nouveau avec les aventures cocasses et trépidantes de Marie qui, un mois avant son mariage, voit tout à coup son monde et ses convictions vaciller. Cette jeune femme attachante saura-t-elle faire entendre sa voix ? Réussira-t-elle à prendre son destin à bras-le-corps ?
À travers cette histoire virevoltante, véritable concentré d’humour, de bonne humeur et d’optimisme, l’auteure nous invite également à une réflexion sur ses thèmes de prédilection : la place des femmes dans la société et la lutte contre les discriminations.
28 jours avant J.-C. : le compte à rebours a commencé… Ne traînez pas !

Titre : 28 jours avant J.C

Auteure : Adrianna Kritter

Livre auto-édité

Date de publication : 5 août 2019

Nombre de pages : 300

Pour l’acheter, c’est ici !

Mon avis

J’ai lu ce roman en deux jours. En effet, les pages défilent à toute vitesse et on ne voit pas le temps passer (même si on a des trucs urgents à faire…)

28 jours avant J.C, c’est l’histoire de Marie, une jeune femme catholique, qui va bientôt se marier. Enfin, jusqu’au jour où elle voit son fiancé et sa meilleure amie en plein acte ! Sans oublier les magouilles de son père et de son frère, qui avaient visiblement arrangé le mariage pour leurs affaires. Pour la jeune Marie, à qui on a toujours enseigné l’importance de la vérité et les dix commandements, c’est le drame.

Ne voyant pas d’autre solution, elle fugue, afin de s’éloigner de tous ces drames. Mais ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’elle n’est pas au bout de ses peines…

Étant croyante, mais pas catholique, j’avais un peu peur que ce roman condamne tout ce qui concerne Dieu et la Bible, comme plusieurs livres de ce genre. Heureusement, l’auteure reste respectueuse et condamne des mentalités sexistes qu’on retrouve aussi bien chez les catholiques et les croyants que chez les athées. Elle ne cible pas un groupe en particulier, mais la société dans laquelle on vit ; et c’est ce que j’ai trouvé génial. Parce que, soyons honnêtes, le sexisme, ainsi que le racisme, ça existe partout.

J’avoue que je ne m’attendais pas à un message aussi virulent contre le sexisme en m’attaquant à ce livre, mais c’est vraiment génial de la part de l’auteure. On s’attend à lire un feel-good léger, et on se retrouve avec de tels messages… chapeau, vraiment !

Il se passe beaucoup de choses dans ce roman, des événements un peu farfelus… pauvre Marie ! L’auteure, même si son roman n’est pas un thriller, réussit à mettre un peu de suspense et nous joue bien des tours, ce que j’ai vraiment aimé. Du coup, j’étais un peu frustrée arrivée à la fin ; et j’ai hâte de découvrir le tome 2. Parce que, oui, il y a un tome 2 ! Et si je me fie à cet excellent tome 1, cette suite nous réserve pas mal de rebondissements et de belles surprises !

Les personnages sont tous très intéressants, certains sont attachants, d’autres non (À vous de lire pour le savoir). On s’attache facilement à la maladroite Marie et on adore toutes les personnes qui croisent sa route. Vraiment, j’aime bien toute l’attention portée sur les personnages ; ce ne sont pas des figurants, ils apportent quelque chose à l’histoire.

Parlons un peu du côté de la plume. L’auteure a une plume légère et agréable, qui ne se répète pas. De plus, je n’ai repéré aucune faute ; certains romans édités contiennent des erreurs d’orthographe, ce qui me fait parfois grincer des dents. Mais il n’y en a pas ici, et c’est franchement super. Seul bémol pour moi : une sur-abondance de points d’exclamation. Il y en a beaucoup trop. Dans certains chapitres, il y a plus de points d’exclamation que de points normaux, ce qui peut enlever un peu de crédibilité au texte.

En conclusion, 28 jours avant J.C est un excellent feel-good ; il vous fera rire, pleurer de rire, sourire et vous mettra peut-être en colère. Mais s’il y a une chose qui est sûre, c’est que ce roman aux messages puissants ne vous laissera pas indifférent.