Chronique : Eden Island

Hello, me voici pour mon avis sur Eden Island, l’un des derniers romans parus chez Inceptio !

Grande fan de science-fiction et des couvertures de Lysiah Maro, il était impensable pour moi de ne pas me procurer ce superbe roman. Je ressors de ma lecture assez mitigée.

Un premier tome d’une série de science-fiction d’à peine 300 pages, ça me rendait un peu sceptique. Comment installer les bases de ce nouveau monde et ses enjeux, comment construire les relations entre les personnages et amener une intrigue dans tout cela en à peine 300 pages ? Souvent, dans ces cas, il y a un manque d’approfondissement, et c’est ce qui est malheureusement arrivé.

Eden Island, qu’est-ce que c’est ? C’est une société paradisiaque, à l’image du Jardin d’Eden de la Bible, la perfection avant la déchéance. Analia y vit, jeune femme entrant dans le monde des adultes. Elle se rendra vite compte que ce monde cache, sous sa supposée perfection, bien des secrets… Aylan, lui, ne vit pas sur l’île, mais dans un petit village qui tente de survivre à la faim et aux attaques des autres tribus, dans un monde dévasté par les humains. Lorsqu’un homme venu d’Eden Island lui propose de s’installer avec eux, il n’aura pas le choix de le suivre… mais ce qu’il ne sait pas, c’est que sortir de l’île est interdit…

L’auteure nous dépeint un monde futur très intéressant. Après des siècles et des siècles de maltraitance, la terre s’est retournée contre les humains. Ces derniers se sont regroupés en petits groupes et tentent de survivre, tandis que d’autres ont construit une société paradisiaque, tout ça basé sur un système de récupération et réutilisation des déchets, qui ne manquent pas. L’idée est super intelligente et, en plus, conscientise les lecteurs sur le fléau des déchets et la chance que nous avons de ne manquer de rien.

Une société intelligente, de la science-fiction… le tout avait un bon potentiel, mais de mon côté, j’ai trouvé que tout s’enchainait trop vite, sans profondeur. On a à peine le temps de comprendre la société qu’Aylan arrive sur l’île et 100 pages plus tard, il y a un baiser. J’avoue avoir fait un saut. D’après ce que j’ai ressenti, ils venaient à peine d’être amis – l’auteure ne s’attarde pas sur leurs moments passés ensemble et leurs ressentis -, et là ils ont des sentiments ? Il aurait fallu plus de moments passés ensemble, pour qu’on voie une certaine complicité entre eux, qu’on voie une éclosion de sentiments. Il faut dire que l’auteure ne se concentre sur les gros événements de la trame et fait de gros bonds dans le temps, ce qui n’aide pas à s’attacher aux personnages. J’aurais vraiment aimé plus d’approfondissement pour m’attacher aux personnages, comprendre leurs ressentis, me plonger dans le récit. Ça m’aurait permis de ressentir des émotions pendant ma lecture !

Sinon, petits problèmes de concordance de temps par moments, mais globalement, la qualité éditoriale est superbe. Mention spéciale à la révélation choc de la fin ; l’auteure a su me prendre totalement par surprise, je ne m’y attendais pas du tout, et c’est une réflexion très intéressante.

Bref, j’ai bien aimé ma lecture, ainsi que le concept du récit, et je lirai la suite lorsqu’elle sortira, mais le texte manque de profondeur malheureusement. Par contre, ceux qui n’aiment pas les briques de 500 pages aux descriptions longues, vous serez ravis !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s