Chronique : Dry

Aujourd’hui, je vous parle de Dry, ma dernière lecture !

Titre : Dry

Auteurs : Neal & Jarrod Shusterman

Genre : Réalité

Maison d’édition : Collection R

Nombre de pages : 450

Résumé :

Avez-vous déjà eu vraiment soif ?

La sécheresse s’éternise en Californie et le quotidien de chacun s’est transformé en une longue liste d’interdictions : ne pas arroser la pelouse, ne pas remplir sa piscine, limiter les douches…
Jusqu’à ce que les robinets se tarissent pour de bon. La paisible banlieue où vivent Alyssa et sa famille vire alors à la zone de guerre.
Soif et désespoir font se dresser les voisins les uns contre les autres. Le jour où ses parents ne donnent plus signe de vie et où son existence et celle de son petit frère sont menacées, Alyssa va devoir faire de terribles choix pour survivre au moins un jour de plus.

Pour l’acheter, c’est par ici !

Mon avis

Dry est un roman actuel, terriblement actuel, même si nous avons malheureusement oublié la problématique des sécheresses et des incendies depuis le début de la pandémie. Ce bouquin est un message criant de vérité, qui nous pousse à agir.

Dry se déroule en 2018, lors des grands feux de Californie. Du jour au lendemain, il n’y a pas d’eau en Californie ; les cours d’eau sont asséchés et le reste du pays tarde à prendre des mesures concrètes pour aider les habitants. Ces derniers sont donc laissés à eux-mêmes dans un monde qui bascule dans le désespoir et le recherche active d’eau.

Que se passerait-il si une région du monde n’avait plus d’eau, de nos jours ? Ce roman nous en donne une bonne idée. Il y a la panique, la ruée vers les surpermarchés et toutes sortes de liquides, puis le désespoir, les alternatives à l’eau potable – possiblement dangereuses -, le côté animal de l’humain qui prend le dessus, puis la déshydratation.

Dans ce roman, on suit un groupe d’adolescents cherchant un refuge avec l’eau, mais tout ne se passera pas comme prévu puisque la région est à feu et à sang. L’anarchie est omniprésente, sans que cela ne soit apocalyptique comme les films du genre. On reste dans le réaliste, dans l’humanité à son plus bas niveau. On voit une situation qui pourrait se produire demain et déshumaniserait nos proches, nos amis, nos parents.

J’ai adoré lire ce roman destiné aux jeunes adultes, mais qui garde sa ligne directrice. Il n’y a pas de romance, pas de rebondissements irréalistes, pas de problèmes d’adolescents futiles ; on se concentre sur la recherche de l’eau, à tout prix. Le style d’écriture va à l’essentiel, tout en nous permettant de nous glisser dans la peau des personnages. Bref, pour moi, ce roman est une lecture essentielle pour nous sensibiliser au gaspillage de l’eau tout en passant un agréable moment !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s