Chronique : Les roches rouges

Je vous retrouve aujourd’hui pour un nouveau service presse. Je tiens, encore une fois, à remercier Collection R Canada pour leur confiance.

Titre : Les roches rouges

Auteur : Olivier Adam

Genre : Contemporain/Drame

Nombre de pages : 225

Maison d’édition : Collection R

Résumé : – Faut qu’on se tire d’ici.

– Et on ira où ?

– Je sais pas. T’inquiète. On trouvera.

– Et s’il revient ?

– Eh ben il reviendra.

– S’il s’en prend à tes parents ?

– C’est pas après eux qu’il en a. Qu’est-ce que Leila fout avec moi ?

Pour l’acheter, c’est par ici !

Mon avis

Les roches rouges est un court roman de 200 pages, je l’ai lu très rapidement. C’est peut-être là le plus gros défaut, à mon avis. Ce roman traite de plusieurs sujets très lourds — une bonne poignée — et tout ça dans un petit livre ; du coup, la lecture peut se révéler parfois lourde. Je pense que l’auteur aurait aisément pu allonger l’histoire afin de traiter de tous les sujets sans que le lecteur ne soit bombardé. Personnellement, j’ai eu beaucoup de difficulté à bien ressentir mes émotions puisque les sujets lourds s’enchainaient les uns avec l’autre, sans aucun répit.

Toutefois, j’ai bien aimé les sujets abordés dans ce roman, ce sont des sujets qu’on aborde peu souvent ou trop brièvement ; la mort d’un enfant, le suicide, la dépression, les relations prof-élève au long terme, la maternité à un jeune âge, la différence d’âge dans un couple, l’entourage toxique, la fuite… la liste est longue !

J’ai également aimé le fait qu’on ait le point de vue du jeune homme, mais aussi de la jeune femme, par quelques mots écrits dans son carnet. Les chapitres sont courts, mais apportent une dynamique très intéressante à l’histoire. Je me suis attachée à quelques personnages, j’ai eu la larme à l’œil et, évidemment, j’aurais voulu que ça se termine de façon plus joyeuse.

Par contre, je dois avouer ne pas être convaincue par la forme. Par exemple, il y a beaucoup de très, très longs paragraphes (parfois, ils prennent une page complète… sans changement de paragraphe). Je n’ai pas compris pourquoi, cela n’apportait rien de spécial, sauf l’impression de ne pas avancer dans notre lecture. Également, il manquait énormément de virgules. La correctrice en moi a été choquée par toutes ces virgules manquantes… Certains auteurs placent peu de virgules dans un effet de style (ce dont je suis peu fan), mais ici, je n’ai honnêtement pas vu le but. J’ai dû relire plusieurs fois certaines phrases ; à cause de certaines virgules obligatoires manquantes, des phrases devenaient difficiles à comprendre.

Le langage très, très oral dans la narration ne m’a pas plu, également. Je suis consciente qu’ici, on voulait donner une impression de réalisme, mais c’était juste trop, à mon avis. Beaucoup de négation manquante, des expressions très familières dont je ne comprenais pas le sens parce que je ne suis pas originaire de la même région que le personnage principal. Le souci de réalisme a ici donné lieu à des soucis de compréhension. Il y a certains mots que je ne comprenais pas et qui ne se trouvent pas dans le dictionnaire parce qu’il s’agit de l’argot…

Bref, les roches rouges est un court roman intéressant. Il traite de plusieurs sujets importants et nous amène vivre les aventures de personnages profondément humains. Malheureusement, la forme m’a donné du fil à retordre en ce qui concerne la lecture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s