Chronique : Romance

J’aimerais tout d’abord remercier Collection R de m’avoir acceptée dans le club des Lecteurs R Canada ! C’est un immense honneur de pouvoir lire leurs prochaines parutions, moi qui adore cette collection et dont plusieurs romans m’ont percutée (Cogito, Extincta, Phobos, La Faucheuse, Le joyau, Outliers, Addict, Charisma, La 5ème Vague, Les Belles, entre-autres).

J’ai déjà lu la première lecture, au début du confinement ; à croire que je savais à l’avance que je ferai partie de cette magnifique aventure ! Vous pouvez donc retrouver ma chronique sur Extincta, un roman révolutionnaire, en cliquant ici.

Nous voici donc pour la chronique de Romance, ma première lecture homosexuelle.

Titre : Romance

Auteur : Arnaud Cathrine

Genre : Romance/roman adolescent/lgbt

Nombre de pages : 304 pages

Maison d’édition : Robert Laffont (Collection R)

Résumé : C’est le mojito.
C’est un léger accident.
C’est parce qu’il n’a pas rencontré de fille.
C’est parce que je n’ai pas rencontré de garçon.
C’était juste pour essayer.
C’est pour avoir tout fait ensemble.
C’est pour tous les amis pareil.
C’est entre lui et moi.
C’est la première et la dernière fois.
C’est rien.
Ça va passer.

Pour l’acheter, c’est ici !

Mon avis

Alors, comme précisé d’entrée de jeu, c’est la première romance homosexuelle masculine que je lis, mis à part quelques romans lus sur la plateforme d’écriture Wattpad. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce n’est pas mon genre de lecture habituelle et que je cherche plus à lire des romans avec un personnage principal fort féminin.

Je n’ai pas lu le résumé avant de me lancer pour être surprise par ce roman. Et surprise il y a eu… J’ai lu le prologue un soir, avant de refermer mon téléphone intelligent en me demandant ce que c’était que cette histoire. Puis, hier soir, j’ai ouvert de nouveau l’ebook et l’ai lu jusqu’à la dernière page, me couchant par la même occasion à 2 heures du matin (mes yeux sont rouges à cause de l’effort ce matin…).

Ce livre est perturbant. Enfin, pour moi, une femme cis hétérosexuelle qui ne pense pas beaucoup à l’amour et qui ne cherche pas de relation amoureuse autre que dans les romans que je lis… Autant vous dire que le personnage principal de ce roman est l’inverse de moi ; garçon de seize ans gay qui semble obsédé par la recherche de l’amour et/ou du sexe. Du coup, se retrouver dans ce roman (qui est une sorte de journal intime pour notre perso) a été assez perturbant. Le langage cru utilisé, ses pensées, ses fantasmes… tout cela est terriblement loin de moi ! Et bien que je ne sois pas fan de ce genre de contenu, puisqu’il ne s’adresse pas à moi, j’ai trouvé cela très intéressant d’entrer dans la tête de ce personnage complètement à l’opposé de moi. Bien sûr, tous les jeunes homosexuels de seize ans ne pensent pas comme lui, mais cela m’a permis de découvrir une nouvelle réalité. C’est le point fort de ce roman, à mon avis.

Et que dire de la structure de ce roman ? Elle est complètement éclatée ! J’ai bien aimé les quelques notes de bas de page qui sont assez originales et drôles. Quant aux passages des garçons volés, c’est très touchant. On retrouve beaucoup ce genre de trucs dans un roman hétéro (par exemple, une fille qui parle des garçons rencontrés au hasard), donc le retrouver ici est très intéressant.

Par contre, en finissant ce roman, j’ai eu la sensation d’être restée sur ma faim. La fin était un peu trop classique à mon goût et j’aurais aimé en avoir plus, avoir plus de contenu, plus de détails, plus d’action. J’ai eu l’impression que je n’avais lu qu’une partie de roman et non un roman entier qui se conclut bien. Certains aimeront peut-être cette forme, personnellement j’aime avoir le temps de m’attacher aux personnages, de vivre leurs aventures et d’apprendre à les connaitre à travers des péripéties et non seulement à travers des pensées.

En conclusion, ce roman ne s’adresse peut-être pas à moi, mais il est clair qu’il est bien écrit, révolutionnaire. C’est un livre qu’on devrait faire lire aux jeunes adolescents qui se cherchent. Parce qu’oui, un ado, ça peut aimer et ça peut rechercher l’amour. Les garçons ne sont pas tous des bad boys ou des intellos qui n’intéressent personne…

À découvrir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s