Chronique : Les Vents de l’Existence

Je suis depuis quelques temps l’auteure sur Wattpad, et j’ai adoré Inoubliable Symphonie. Alors, quand j’ai vu qu’elle avait sorti un livre en autoédition, je lui ai demandé si je pouvais chroniquer son roman. Elle a une si belle plume et les sujets qu’elle traite sont toujours pertinents et très intéressants.

Proche de la trentaine, Joanne, sociologue émérite, est de ces personnes dont on pourrait dire qu’elles ont réussi leur vie. Et pourtant… Tout s’écroule pour la jeune femme le jour où elle apprend brutalement le suicide de Lucas, son parrain.
En héritage, il lui laisse l’Ultimo Respiro, la maison qu’il avait achetée et rénovée afin de finir ses jours à la Turballe, en Loire Atlantique. Elle y retourne alors, d’abord pour des raisons administratives, puis se questionne sur les circonstances du décès de son parrain.
Ses vieux démons refont surface, l’interrogeant tant sur la mort que sur la vie, et mettent à mal le sens que l’endeuillée avait attribué à son existence. Elle fait la connaissance de Damien Lasareigne qui, avec ses idées artistiques et révoltées, lui fera voir la vie sous d’autres facettes. Ces événements de vie la forceront à affronter ses peurs, ses proches et à faire valoir qui elle est réellement.
Alors qu’autour d’elle, tout est question de mort et de finitude, pour elle, tout commence.

Titre : Les Vents de l’Existence

Auteure : Wendy Baqué

Genre : Contemporain/Littérature Générale

Nombre de pages : 492

Auto-édité

Pour l’acheter, c’est ici !

Mon avis

Je n’ai pas du tout été déçue de ma lecture… comment pourrais-je l’être ? L’auteure nous offre un roman bien écrit, touchant et très intéressant, comme à son habitude. Et même si ce n’est pas votre genre de lecture habituel, je vous invite à découvrir ce roman ; il vaut la peine d’être découvert.

On commence notre lecture en découvrant le personnage de Joanne, qui est absolument intéressant. Dès les premiers paragraphes, on remarque qu’elle n’est pas comme les autres héroïnes ; c’est un personnage complexe, mais ô combien réaliste. Wendy Baqué a ce don de rendre ses personnages réalistes, complexes et, surtout, humains. Son autre personnage principal, Damien, l’est également. Ils ont beau avoir de belles qualités, ils ont aussi des défauts, des complexes, des peurs. Et la relation qu’entretiennent nos deux personnages prouve qu’ils sont humains. Même si elle est un peu prévisible, il est rare d’avoir ce genre de relation amoureuse entre deux tels personnages dans un roman. Je félicite vraiment l’auteure pour ce choix judicieux !

Et il ne faut pas oublier ce cher Lucas. J’avoue avoir aimé la façon dont il est présenté, même si ce personnage est mort dès le début du roman. La relation qu’il avec sa nièce (non, sa filleule !) est très spéciale ; super bien exprimée. La seule chose qu’il m’a un peu déçue, c’est que sa mort est beaucoup moins présente dans la dernière partie du roman, alors que c’est la base du livre.

Et encore une fois, nous avons le droit à une foule de thèmes très intéressants, mais aussi tabous : l’avortement, le suicide assisté, l’euthanasie, le physique, la dépression, le refus d’avoir des enfants, la différence d’âge (pas si grande, mais quand même), la manipulation, la pression, l’amour, le deuil, le suicide, le cancer… Vraiment, ce roman est bourré de réflexions hyper intéressantes, des réflexions qu’on devrait tous avoir à propos de la vie. Même si vous n’êtes pas d’accord avec l’opinion d’un des personnages, ça vous amènera certainement à réfléchir ; sans que le roman soit trop lourd et indigeste, mentionnez-le !

Le seul gros reproche que je peux mentionner à propos de ce roman, ce sont les quelques longueurs. Parfois, les idées se répètent et j’ai eu l’envie de sauter quelques pages parce que j’avais envie d’avoir quelque chose de plus nouveau. Mais c’est vraiment le seul hic de ce roman parce que l’ensemble est très, très positif.

Oui, il ne se passe pas grand-chose. Mais est-ce qu’un roman doit contenir un tas d’actions pour être intéressant ? Non, et Wendy Baqué nous le prouve très bien avec son roman qui vous fera rire, pleurer, pleurer de joie et crier de tristesse. Vous crierez parfois à l’injustice, même.

En tout cas, ce qui est sûr, c’est ce que ce roman ne vous laissera certainement pas indifférent !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s